gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

Yonne : une récolte 2020 mitigée pour les producteurs de cerises

Notez cet article



Malgré le coronavirus, la récolte des cerises n’attend pas dans l’Yonne ! Yves Lemoule et toute son équipe sont déjà sur le pont depuis une quinzaine de jours. “On a commencé de très bonne heure nous, on a des variétés très précoces. On cueille tous les jours. On n’a pas arrêté depuis 15 jours.” Avec le déconfinement, il a pu compter sur ses 25 cueilleurs pour débuter la récolte des premières variétés de cerises. 

Propriétaire d’un vingtaine d’hectares dont 16 en production, il fait partie des producteurs peu impactés par l’épisode de gel tardif avec seulement 3 hectares touchés cette année. “Si on arrive à récolter les vergers restant comme il faut, on devrait faire une saison correcte malgré tout“.

Les arbres sont chargés et les cerises magnifiques. Yves Lemoule, producteur de cerises à Coulanges-la-Vineuse

Yves Lemoule reste cependant prudent face aux aléas climatiques. “Si le temps est propice, s’il n’y a pas de grêle, s’il n’y pas de pluie trop abondante et pas d’orages, on devrait quand même faire une bonne récolte. On va commencer dès demain la récolte d’autres variétés. Les arbres sont très chargés et les cerises magnifiques donc on devrait commencer à faire pas mal de tonnage.” 

Si la quantité est bien présente sur ses vergers, la qualité aussi. “les cerises sont très gouteuses cette année même les plus précoces. On a eu beaucoup de soleil donc cela joue beaucoup. Pour l’instant, tout va bien pour moi“.

Catherine Chambard, productrice de cerises à Coulanges-la-Vineuse partage le même optimisme. “On n’a beaucoup de chances car le temps est clément et la quantité est là“. 

Les consommateurs au rendez-vous 

Elle vient tout juste de débuter sa récolte avec “deux semaines d’avance“. Pour elle, “si le temps reste clément, ce sera une bonne année.” Les années précédentes, ses vergers ont souffert de la grêle et du gel mais cette année s’annonce moins compliquée”

Notre souci cette année, c’était surtout concernant la vente avec le covid-19 mais finalement les gens viennent à nous. Donc, si tout se déroule bien dans le mois à venir, ce sera une revanche par rapport aux autres années.”

Une récolte correcte pour les uns, médiocre pour d’autres

Mais son optimisme n’est pas forcément partagé par tout le monde, notamment les producteurs de cerises basés sur les communes de Jussy, Gy-L’Evêque ou Vallan à l’image de Murielle de Catheu. Elle exploite 5 hectares de cerises sur trois communes. “Sur Jussy, c’est très médiocre, on a même des vergers où sur 60-70 arbres, on va seulement récolter une vingtaine. Ce n’est pas une année exceptionnelle, c’est une mauvaise année.”

Pour nous, la récolte de cerises va être médiocre. Murielle de Catheu, productrice de cerises à Jussy et Coulanges-la-Vineuse

En cause notamment, les gelées tardives de printemps et le manque d’eau qui ont eu un impact sur la quantité et le calibre des cerises. “Cette année, on a des petits fruits. Pour nous, la récolte de cerises va être médiocre.” A cause des sécheresses des années précédentes, “les arbres souffrent. Cela fait 5 ans que l’on fait de la petite production.”

En plus des mauvais rendements, le confinement n’a pas aidé. “En plus du reste, on a les contraintes liés au Covid-19. Au niveau sanitaire, c’est galère. On fait déjà des dépenses avant de récolter de l’argent. On est une petite exploitation qui se développe, on est une petite structure et on du mal à remonter la pente.” 

On va avoir beaucoup mois de volumes – Alain Duruz, producteur de cerises à Jussy

Alain Duruz, lui est aussi arboriculteur sur Jussy. Il a également constater les désastres de l’épisode de gel survenu il y a un mois et du manque d’eau dans certains vergers “On va avoir beaucoup moins de volumes. Pour moi, cela va être une année qui va être moyenne. Le manque d’eau se fait ressentir depuis le mois de mars. On a du coup des petites calibres, pas de grosses cerises. Le manque de production est lié au gel mais personne ne fait la météo. Il y a eu jusqu’à -8 degrés une nuit sur certains plateaux.”
 
Pour le président de la section Fruits à la FDSEA, l’implantation des vergers et la sensibilité variétale des cerises expliquent en grande partie les différences de production de cerises en fonction des communes. “Cette année à Coulanges-laVineuse, ils ont été épargnés par le gel qu’on a eu il y a un mois. Les vergers ont été plus protégés que nous donc ils se retrouvent avec une récolte correcte. Mais sur Vallan ou certains secteurs de Jussy, ce n’est plus la même chose“. 

La demande est là. Alain Duruz

Avec son équipe, il a attaqué la récolte mercredi dernier. Sur la première variété, la burlat, “on est en train on a une variété assez chargé en quantité mais pour les variétés de cerises qu’on va récolter dans les semaines qui viennent, cela ne vas pas être la même.”

Avec l’explosion des drives fermiers avec le coronavirus, il espère tout de même que les gens continuent à consommer du local. “La semaine dernière, j’ai eu une explosion de vente. Effectivement, les gens reviennent sur du local. Je travaille également avec la grande distribution, et là aussi, la demande est là.”  

La récolte de cerises dans l’Yonne devrait se terminer à la mi-juillet. Pour Alain Duruz, il est encore trop tôt pour tirer un bilan de cette récolte 2020.  “On sera plus à même de tirer des conclusions fin aout, voire début septembre.” 



Source

Related posts

Un blog d’informations, d’actualités d’astuces et de conseils

administrateur

pourquoi la justice a relaxé des Faucheurs Volontaires d’OGM poursuivis pour refus de prélèvement ADN ?

adrien

Coronavirus covid-19 : comment déguster les vins en respectant les gestes barrières ? C’est le pari de l’oenotourisme

adrien