gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

Une nouvelle Maison pour le Comté

Notez cet article



Tout savoir sur le Comté, le premier fromage AOP de France ! La nouvelle Maison du Comté vient d’ouvrir ses portes aux visiteurs à Poligny dans le Jura. Après deux ans et demi de travaux et 10 ans de réflexion, elle était attendue par toute la filière. 

Voir, sentir, toucher, écouter, ressentir … Le parcours scénographique de cette nouvelle Maison du comté mise sur nos sens pour découvrir les étapes de fabrication de ce fromage d’appelation controlée avec pour finir (quand les restrictions liées à la Covid seront levées), une dégustation pour s’initier à reconnaître les nuances d’arômes et de textures.

Impossible de ne pas voir cet élégant bâtiment à l’une des entrée de la ville de Poligny. Outre l’accueil de l’équipe administrative des filières fromagères, cette maison propose un vaste espace public dédié au trois piliers de cette filière : producteurs, fromagers et affineurs. Cette nouvelle Maison est beaucoup plus à ses aises que dans l’ancien bâtiment situé lui aussi à Poligny.

Dès son ouverture, les visiteurs sont venus découvrir ce nouvel espace qu’ils soient Francs-comtois ou touristes de passage. 

Voici le reportage de Lucie Thiery, Laurent Brocard et Mehdi Bensmaïl : 

Selon ses promoteurs, cette exposition est basée sur “l’esprit du Cahier des charges du Comté” et veut parler de la diversité du comté “liés à la diversité géographique, à l’alimentation des vaches, à la microflore du lait, aux savoir-faire des acteurs et contribuant aux plaisirs des sens. Autre thème mis en valeur : les “valeurs de la filière qui mettent l’humain au coeur du process, fonctionnant sur un principe coopératif et solidaire, misant sur le respect du consommateur, le bien-être animal et la préservation de l’environnement”. 

Après trois années de discussions au sein de la filière pilotée par le CIGC (Comité Interprofessionnel de Gestion du Comté), le projet de rénovation de ce cahier des charges vient justement d’être remis en juillet 2020 à l’INAO ( Institut National des Appelations d’Origine). Au fil du temps, les obligations pour les acteurs de la filière évoluent. 

Lors d’une conférence de presse, tenue à la Maison du Comté ce vendredi 21 mai à l’issue de l’assemblée générale annuelle du CIGC, les agriculteurs, fromagers et affineurs ont tenu à rappeler que ce cahier des charges est “l’un des plus exigeants en Europe”.

Nous attendons avec impatience que les nouveaux engagements que nous prenons auprès des consommateurs et de la société en matière de durabilité, et en particulier pour la préservation des milieux naturels, soient reconnus par les autorités. Il en va de notre crédibilité !

Alain Mathieu, président du CIGC

La question de la préservation de l’environnement fait actuellement l’objet d’une bataille entre défenseurs des rivières franc-comtoises et acteurs de la filière Comté. En février 2020, une étude du laboratoire Chrono-environnement de l’université de Franche-Comté établissait l’origine des pollutions des rivières de franche-comté comme étant essentiellement agricole. Des résultats repris par le collectif SOS Loue et rivières comtoises et diffusés dans de nombreux médias.

“S’agissant d’environnement, le CIGC regrette tout autant que le reste de la société, la situation des rivières. Mais dans le même temps, le CIGC reprend à son compte l’exaspération exprimée au cours de son Assemblée générale par tous les syndicats agricoles, toutes sensibilités confondues” précise le communiqué de presse du CIGC publié ce vendredi. 

Une “exaspération” qui fait l’unanimité des syndicats agricoles, ce qui est assez rare pour être souligné.  Dans le rapport d’activité 2020 du CIGC, toutes les actions de la filière sont détaillées. L’AOP Comté, c’est 2396 exploitants, 140 fromageries et 23 sites d’affinage sur une zone géographique qui s’étend dans le Doubs, le Jura et l’Ain. 68 312 tonnes de Comté ont été produites en 2020 soit 4.9% de plus qu’en 2019. 

Toujours dans ce rapport d’activité, on apprend que 867 exploitations ont été contrôlées en 2020 pour vérifier la bonne application de ce fameux cahier des charges. Seize sanctions ont été prononcées pour des infractions commises soit en 2019 ou en 2020 et 41 exploitations avaient des “non-conformité graves”. 

Si le terroir et la biodiversité sont mis en avant, au grand jour, dans la nouvelle Maison du Comté, la filière veut aussi agir, mais cette fois-ci beaucoup plus discrètement, pour faire respecter sa promesse environnentale : celle d’acheter un fromage qui “préserve l’environnement”. 

 

 


 

 





Source

Related posts

Du tracteur au carnet de comptage, un projet de sciences participatives 100 % agricole

adrien

De minuscules nanotechnologies pourraient provoquer d’énormes changements en agriculture

adrien

Comment les ventes de vins de Bourgogne ont-elles progressées malgré la crise sanitaire et la taxe Trump ?

adrien