gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

“un gros débouché pour les éleveurs”

Notez cet article



Après la gamme Signature, McDonald’s inclut un steak haché assuré 100% charolais pour sa gamme Royal, en octobre. Coup de publicité mais aussi réelle opportunité pour les éleveurs qui fournissent la chaîne de fast-food en France. 

En octobre, c’est le retour des burgers de la gamme Royal, dans les restaurants McDonald’s. La multinationale du fast-food a lancé une grande campagne de publicité avec des affiches estampillées “Viande charolaise“, son ingrédient phare. 
 

Souvent associée à la malbouffe, l’enseigne profite de la notoriété de cette “race d’exception” et affirme sa volonté de “s’associer aux meilleurs, selon les mots de Rémi Rocca, directeur qualité, achats et logistique de McDonald’s France. 
 

Manger français, le cheval de bataille des éleveurs

Mais ce coup de projecteur réjouit aussi le président  de la FDSEA en Saône-et-Loire, principal syndicat agricole français. “On s’est beaucoup bagarré avec ces enseignes qui importaient de la viande, et n’utilisaient pas de la viande française. Donc on ne peut qu’encourager cette démarche“, rapporte Chrisitian Bajard, qui incite les éleveurs de charolaises à se rapprocher de McDonald’s. Aujourd’hui, ils sont plus d’une centaine en contrat avec la firme. 

Ce partenariat s’est construit en 2011 avec le lancement du burger Le Charolais, puis renouvelé en 2017 avec la gamme Signature. Le retour du “Royal” avec du 100% charolais se veut donc un soutien pour les éleveurs. “Cette année a été compliquée, avec la crise, la filière bovine a souffert, donc c’était important pour nous de renforcer ce partenariat avec les éleveurs“, indique Rémi Rocca.

C’est d’autant plus une bonne nouvelle que la race charolaise est ici associée à un burger haut-de-gamme. Symboliquement, c’set important“, ajoute Chrisitian Bajard. 

 

Il n’y a pas de débouchés à négliger

Hugues Pichard, président Charolais France

Pour certains éleveurs, le partenariat avec McDonald’s est un débouché comme un autre, même “un gros débouché” .

Il n’y a pas de débouchés à négliger. Les animaux AOP, le haut-de-gamme, sont notre fer de lance. Mais McDo apporte une solution pour le morceau haché, et c’est même un acteur majeur du secteur. Il faut que la filière croque dedans“, estime Hugues Pichard, président de Charolais France. 

La race charolaise est importante ce qui permet d’approvisionner en volume. Sur le mois d’octobre, cela représente 800 tonnes de steaks hachés et 3 500 tonnes sur l’année, si on y ajoute les burgers “Signatures”.

Reste la question de la rémunération des éleveurs, encore en négociation, mais Hugues Pichard souligne des retombées économiques positives, “puisque les carcasses charolaises commencent à être un peu plus valorisées que les autres races“.

 





Source

Related posts

une dizaine de sites de stockage en Bourgogne

adrien

la justice va-t-elle annuler l’autorisation d’agrandissement d’un élevage de visons en Haute-Saône ?

adrien

Le loup auteur de plusieurs attaques en Haute-Saône a été abattu, les agriculteurs, sans se réjouir, se disent soulagés

adrien