gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

premiers jours de vendanges sur la côte de Beaune


Les vendanges des vins tranquilles viennent de commencer en Bourgogne, tout doucement. Cette année, ce sont les rouges qui ouvrent le bal, d’habitude ce sont les blancs. C’est à l’image de cette saison, particulièrement compliquée pour les viticulteurs de la région. Nous étions ce samedi à Volnay.

À Volnay, sur la côte de Beaune en Côte-d’Or, les premiers coups de sécateur ont été donnés ce samedi 18 septembre. Pour ce premier jour de vendanges, la météo est clémente. C’est enfin l’heure de vérité pour les viticulteurs après une année bien difficile.

Certains pieds laissent croire que tout s’est déroulé au mieux. « Ici, on a un cep qui est plutôt joli. Tous les bourgeons de la baguette ont bien poussé. On voit des raisins un peu partout, une bonne dizaine de raisins assez sains. C’est une situation idéale », détaille le viticulteur Thierry Glantenay.

Mais deux pieds plus loin, c’est beaucoup moins joli. Le gel de printemps a laissé des traces. « Au lieu d’avoir une dizaine de raisins, on n’est plus qu’à quatre ou cinq raisins. Donc on perd la moitié de la récolte sur ce cep-là », ajoute-t-il.

Dans d’autres parcelles, c’est encore pire, surtout sur les coteaux plus exposés au gel. « Ça va être comme ça sur toutes les parcelles. On va avoir des bonnes surprises et des moins bonnes surprises. Encore le côté très hétérogène, très contrasté qui va rejaillir sur cette année », complète le professionnel.

L’été n’a rien arrangé, avec beaucoup de pluie. Ce qui a favorisé les maladies et de la pourriture, que les vendangeurs doivent maintenant enlever.

Un autre tri est ensuite effectué en cuverie. Il s’agit d’enlever les feuilles, les grains secs et garder les baies les plus saines. Les premières caisses laissent alors entrevoir un espoir.

« On débute, mais je pense qu’il y a un bon potentiel finalement après avoir bien trié les raisins. Après avoir fait un bon travail, je pense qu’on peut faire un millésime plutôt dans la bonne moyenne », espère Thierry Glantenay.

Les jours de vendanges à venir devront encore confirmer cette première impression pour les rouges. Car pour les blancs, il faut attendre qu’ils soient mûrs. Ce ne sera pas avant plusieurs jours, voire la fin du mois.





Source

Related posts

pointés du doigt par Hugo Clément, les producteurs de sapins du Morvan réagissent

adrien

une cagnotte en ligne pour soutenir un agriculteur, victime d’un incendie criminel

adrien

La Confédération Paysanne ouvre les portes de 13 exploitations en Franche-Comté

adrien