gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

« On va y remédier au plus vite » répond la fromagerie


Le collectif SOS Loue et rivières comtoises dénonce une nouvelle pollution du milieu naturel à la suite d’un déversement involontaire des Fruitières du Lomont à Noirefontaine (25). Le responsable de la fromagerie répond que des travaux auront lieu pour régler ce nouveau problème. Des pollutions du milieu naturel ont déjà eu lieu en 2018 et 2020.

Les photos prises par SOS Loue et rivières comtoises sont implacables. Jeudi 28 octobre, un des membres de ce collectif de défenseurs des milieux aquatiques se rend sur place aux abords des « Fruitières du Lomont » à Noirefontaine près de Saint-Hippolyte dans le Doubs. Le constat fait enrager une nouvelle fois SOS Loue et rivières comtoises. Ce n’est pas la première fois que la station des traitements des eaux de cette fromagerie dysfonctionne et engendre des pollutions du milieu naturel. 

Ce lundi 1er novembre, une de nos équipes a pu se rendre sur place et discuter avec le responsable de cette fromagerie « spécialisée dans la fabrication artisanale de comtés AOP, de beurres crus et de crèmes crues ». 

Depuis la semaine dernière, les traces de pollution dans le ruisseau, actuellement à sec, ont été nettoyées. Il se jette dans le Doubs. Philippe Croissant, le responsable de la fromagerie, reconnaît le problème et assure que de nouveaux travaux devraient être commandés. 

On a une pollution qui est due à un surgras sur le bassin d’aération. C’est une remontée des boues dans le bassin d’aération. Cela fait une dizaine de jours que cela a eu lieu, on a essayé de gérer au mieux. Mais, cela n’a pas été efficace à 100%. Effectivement, on a eu des choses qui sont parties sur le ruisseau. Comme le ruisseau est tari en ce moment, cela se voit énormément. On a fait une demande de devis pour mettre un dégraisseur à l’entrée de la station. On pensait que les travaux fait en 2019 allaient remédier à tout cela, on s’aperçoit que c’est encore compliqué à certaines périodes dont celle-là.

Philippe Croissant, responsable « Les Fruitières du Lomont »

Nos confrères, Thierry Chauffour et Jean-Stéphane Maurice, ont également rencontré Marc Goux, porte-parole de SOS Loue et rivières comtoises. Le militant rappelle que ce n’est pas la première fois que cette fromagerie provoque des dommages dans le milieu naturel.

Cela fait cinq ans que cet établissement est surveillé, plusieurs réunions y compris avec la mairie ont eu lieu, techniquement la station de traitement des eaux usées n’est plus au niveau. On a l’impression qu’ils se moquent de tout le monde

Marc Goux, SOS Loue et rivières comtoises

Depuis dix ans, le collectif se bat pour sauver les rivières de Franche-Comté, particulièrement vulnérables en raison d’un sous-sol calcaire. Dans son communiqué, le collectif rappelle que parmi ses 73 propositions, ils demandent que soit fiabiliser réellement le contrôle, la surveillance et l’entretien des Stations d’épuration et que soit renforcer les mises en demeure d’obligation de résultats de ces équipements.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source

Related posts

Yonne : une récolte 2020 mitigée pour les producteurs de cerises

adrien

“Chercher l’équilibre entre les choses”, à la Ferme des Plaines dans le Doubs

adrien

premiers jours de vendanges sur la côte de Beaune

adrien