gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

La Base, l’épicerie-drive de produits bio en vrac qui veut changer nos modes de consommation

Notez cet article


Des produits bio, locaux et vendus en vrac : on les commande sur internet et on va les récupérer dans un drive : c’est le concept de La Base. Cette épicerie zéro déchet, installée à Saint-Apollinaire, dans l’agglomération de Dijon, allie proximité, rapidité et praticité. 

 

 

Soutenir l’agriculture paysanne et l’artisanat de la région

Fruits et légumes, farines, pâtes, huiles et vinaigres, fromages, pains, graines, épicerie salée et sucrée… mais aussi produits cosmétiques, ménagers, etc. Au total, le catalogue de La Base comprend près de 600 références soigneusement sélectionnées.

Les produits doivent répondre à trois engagements : “des  produits sains majoritairement bio, des produits locaux pour soutenir l’agriculture paysanne et l’artisanat de la région, des produits livrés en gros conditionnement ou sans emballage.”

Trois jeunes Bourguignons – Clarisse, David et Romain – sont aux commandes de cette épicerie-drive située 30 rue de la Redoute, à Saint-Apollinaire, dans la zone Cap Nord, près du magasin Ikea de Dijon. Des entrepreneurs innovants qui espèrent transformer notre modèle de consommation.

 

Reportage de Sylvain Bouillot, Christophe Gaillard et Florentin Nogara avec :

-Maud Liotard, cliente et maman

-Romain Maire, co-gérant et co-fondateur La Base

-David Lacroix, co-gérant et co-fondateur La Base

 

Les épiceries qui proposent du vrac militent pour le "zéro déchet" emballage.

Les épiceries qui proposent du vrac militent pour le “zéro déchet” emballage.

 

C’est quoi le zéro déchet ?

Le principe est le suivant : les clients passent commande sur le site internet “24 heures sur 24 et sur 7 jours sur 7 “. Puis, ils viennent retirer leur commande dans un des créneaux proposés (mercredi, vendredi et samedi de 11h à 19h). Les commandes sont possibles la veille jusqu’à minuit au plus tard. Pour ceux qui souhaitent quelques conseils, il est possible de passer sa première commande en boutique.

“La particularité de cette épicerie-drive, c’est qu’on travaille avec un objectif zéro déchet. Concrètement, cela signifie que les gens qui commandent sur notre site internet reçoivent leurs produits dans des contenants consignés : bocaux en verre, filets à légumes ou cabas en coton bio, boîtes Pyrex pour le fromage à la découpe.

Ici, les clients ne peuvent pas apporter leurs contenants. C’est nous qui mettons les produits que nous recevons de nos fournisseurs dans les bocaux et autres contenants”, explique Romain Maire, co-gérant et co-fondateur La Base.

 

Le drive, c'est "une épicerie nouvelle génération pour rendre plus rapide et plus pratique l'offre bio, locale et zéro déchet".

Le drive, c’est “une épicerie nouvelle génération pour rendre plus rapide et plus pratique l’offre bio, locale et zéro déchet”.

 

Le retour de la consigne !

“On travaille avec nos propres contenants pour deux raisons : d’abord, pour des raisons d’hygiène, car on est responsables de la sécurité sanitaire de nos contenants et de leur traçabilité. Deuxièmement, on travaille majoritairement en mode drive. Quand les clients arrivent, leur commande est déjà dans les bocaux et prête à être emmenée. Pour être plus rapide, on ne fait pas de transvasement dans les contenants de chaque consommateur.”

Le principe de l’épicerie-drive zéro déchet repose sur la consigne, “un système ancien qu’on remet au goût du jour avec un peu de modernité. On a fait le choix de contenants français et très qualitatifs. Pour que le prix de ces consignes ne soient pas un frein, on a mis au point un mécanisme de consigne différée où le client n’a pas besoin d’avancer le montant de la consigne. Il a deux mois pour nous les ramener sans avoir à les payer.”

 

“Des courses plus rapides, car les enfants touchent moins”

Cette nouvelle façon de faire ses courses a séduit Maud Liotard, une jeune mère de famille.
“Zéro déchet, on ne connaissait pas. On s’y met en découvrant le drive et on aime bien le concept”, dit-elle. Elle y voit plusieurs avantages et notamment le fait que “ça prend moins de temps qu’aller dans une épicerie classique, car les enfants touchent moins. Surtout en période de Covid, c’est beaucoup plus facile pour moi “.
 

La Base, qui est le premier drive zéro déchet de la région Bourgogne, a reçu le soutien de plusieurs organismes.

La Base, qui est le premier drive zéro déchet de la région Bourgogne, a reçu le soutien de plusieurs organismes.

 

Une journée portes ouvertes est organisée samedi 12 septembre à La Base

De 14h à 17h, les clients pourront rencontrer les producteurs du premier drive bio de la région. Il y aura aussi la marraine de La Base Coralie Balmy, ancienne nageuse “olympique” et présidente de l’association Be Green Ocean. “Pour marquer ce partenariat, 5% des ventes de la semaine seront offerts à son association pour renforcer son œuvre en faveur de la protection des océans et contre la pollution marine”.

Quant aux clients, ils auront droit ce jour-là à une remise commerciale de 5%, à diverses animations et ils pourront participer à des ateliers autour du zéro déchet proposés par l’association Zero Waste Dijon 21.

 

Le catalogue de l'épicerie-drive bio La Base comprend près de 600 références

Le catalogue de l’épicerie-drive bio La Base comprend près de 600 références

 

La Base, une société à lucrativité limitée 

Le premier drive zéro déchet de la région, qui a ouvert fin juin, a reçu le soutien de plusieurs organismes comme le Pôle d’Économie Solidaire 21, l’ADEME, France Active Bourgogne, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, l’Union Régionale des SCOP de Bourgogne-Franche-Comté. 

La reconversion professionnelle de Romain, Clarisse et David a pris la forme d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif, agréée ESUS. Elle est composée de 17 associés : salariés, clients, producteurs et soutiens.

“La Base est une société à lucrativité limitée”, précise David Lacroix, co-gérant et co-fondateur de l’épicerie-drive. “Ici, par exemple, le pouvoir n’est pas capitalistique. Il est lié aux sociétaires et aux votes qui sont répartis entre l’ensemble des sociétaires. Ça change beaucoup de choses par rapport à une société de droit commun.”

 



Source

Related posts

“J’veux du local”, un site internet pour faciliter la vente de produits locaux

adrien

Bourgogne-Franche-Comté : qui sont les plus riches ? où vivent-ils ? d’où vient leur fortune ?

adrien

pourquoi la justice a relaxé des Faucheurs Volontaires d’OGM poursuivis pour refus de prélèvement ADN ?

adrien