gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

“J’veux du local”, un site internet pour faciliter la vente de produits locaux

Notez cet article



“J’veux du local” devient une plateforme régionale pour que les consommateurs sachent ou aller pour trouver des produits locaux au plus près de chez eux, chez les producteurs. Ce site internet a créé initialement par la Chambre d’agriculture et le Conseil départemental de Saône-et-Loire.

L’engouement des consommateurs pour les produits locaux pendant le confinement a donné une bouffée d’oxygène et beaucoup d’espoir aux agriculteurs. Jamais la vente directe n’avait eu autant de succès.

Les agriculteurs se sont sentis soudainement reconnus, valorisés, et surtout ils ont enfin pu vivre de leur travail. Cette demande aussi forte que soudaine s’est un peu atténuée depuis la fin du confinement.

Le site “J’veux du local” créé en Octobre 2019 par la Chambre d’agriculture et le Conseil départemental de Saône-et-Loire, est peut-être la solution pour maintenir, voire amplifier cette dynamique. 

 


“J’veux du local” : un portail régional 

L’initiative prise en Saône-et-Loire a été reprise à grande échelle par la Chambre régionale d’agriculture de Bourgogne-Franche-Comté.

En concertation avec les chambres d’agriculture départementales et avec le financement des départements, la plate-forme “J’veux du local” a été reproduite à l’identique pour sept des huits départements de la région.

Le portail régional,  “J’veux du local BFC”, qui donne accès à l’ensemble des plateformes de chaque département…sauf pour la Nièvre qui s’affiche comme “bientôt disponible”. 

 

La Nièvre se démarque

La Chambre d’agriculture de la Nièvre donne la priorité, pour le moment, au déploiement des Drives fermiers. “Il y a eu une initiative entre l’agglomération de Nevers et la chambre d’agriculture pour un drive fermeire, mais on n’est pas dans la logique du local, on est en retard,” dit Denis Sanchez. “Le conseil départemental avait déjà initié une plateforme mais elle s’adressait à la restauration collective“.

Producteur de volaille fermière, membre de la Confédération Paysanne 58, il est aussi élu à la Chambre d’agriculture. “Dans la Nièvre, dit-il, il n’y a pas beaucoup de producteurs qui peuvent s’afficher une plateforme. S’il y a une grosse demande, on ne sera pas en face. Toutes les demandes, agrilocal par exemple, se cassent les dents parce qu’il n’y a pas beaucoup de production”.

Denis Sanchez partie de ceux qui ont été parmi les premiers dans ce département, à s’intéresser à la vente directe. Il s’est associé avec d’autres agriculteurs pour créer un collectif et ouvrir en 2000 à Varennes-Vauzelle, un magasin de produits locaux. Une AMAP a également été créée : “On croyait déjà à ces démarches là, pour avoir une plus-value et maintenir des revenus sur des petites fermes.”

Une plateforme appelée à évoluerMarie-Guite Dufay, Présidente de la Région Bourgogne-FrancheComté et Christian Decerle, Président de la Chambre régionale d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté ont présenté la campagne de promotion des plateformes « J’veux du local » lancée le 30 Juin sur différents supports médiatiques.

“Nous avons un rêve, c’est de parvenir à un label de distribution en concertation avec les distributeurs de grandes et moyennes surfaces, ” a dit Marie-Guite Dufay. 

Déjà plus d’un millier de producteurs locaux sont inscrits. Les chambres d’agricultures appellent les agriculteurs à se faire recenser pour être affichés sur le site. Les adhésions sont volontaires.

Président de la Chambre d’Agriculture du Territoire de Belfort, Christian Decerle a été présenté comme la cheville ouvrière du projet régional. Il espère que la plateforme “J’veux du local” touchera aussi les collèges, les lycées, les EHPAD pour que ces structures s’approvisionnent de plus en plus en produits locaux.

Cette plateforme va s’enrichir avec les adresses des artisans et des commerçants qui valorisent les produits locaux. On ira même plus loin, en publiant des recettes pour sublimer les produits“. 

 



Source

Related posts

Côte d’Or : “Des bras pour ton assiette” met en relation viticulteurs et travailleurs volontaire pendant le confinement

adrien

5 ans plus tard, quel est le bilan de l’inscription au patrimoine mondial ?

adrien

Sécheresse : la Saône-et-Loire en alerte renforcée, l’Yonne en vigilance

adrien