gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

fermeture des restaurants, salons annulés… Les viticulteurs du Jura en difficulté face à la crise sanitaire

Notez cet article


Avec le Covid-19, les salons ont été annulés, les restaurants sont restés plusieurs mois fermés et les frontières bloquées. Par conséquent, les vignerons jurassiens souffrent d’un gros manque à gagner, malgré de bonnes récoltes. REPORTAGE.

 

Si les vendanges de cette saison auront été plutôt réussies, 2020 reste une année particulière. Car c’est du côté caveau que l’inquiétude se fait sentir. Les commandes se font rares. Sur les palettes, les cartons de bouteilles attendent leur clientèle. En cause, la fermeture des restaurants durant plusieurs mois pendant le confinement, l’annulation des foires aux vins, des salons et la fermeture des frontières.

“Toutes les exploitations souffrent. Les salons s’annulent les uns après les autres, on est très impactés par ce manque d’activité commerciale”, explique Nicolas Caire, le Président de la Société de viticulture du Jura. Il continue : “Tout s’annule de jour en jour selon les dernières recommandations sanitaires qui arrivent”. 

Dans les caves, les stocks de vin peinent à s'écouler.

Dans les caves, les stocks de vin peinent à s’écouler.

© PERRET Hugues – France Télévisions

Si les ventes ne suivent pas, ça va être compliqué pour certaines maisons qui ont des prêts conséquents.

Philippe Guillon

Ce manque de clientèle préoccupe de plus en plus les viticulteurs du Jura. Plusieurs d’entre eux ont déjà eu recours aux prêts garantis par l’Etat et ont emprunté environ 1,5 millions d’euros depuis mars dernier. “Les prêts, il faut les rembourser, donc forcément si derrière les ventes ne suivent pas, ça va être compliqué pour certaines maisons qui ont des prêts conséquents”, s’inquiète Philippe Guillon, de la Distillerie jurassienne.

Fragilisée, la filière tire donc la sonnette d’alarme et a adressé un courrier au ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, afin de demander de nouvelles mesures. “On attend une baisse de charges sur les emplois salariés et sur les chefs d’exploitation. L’État ne peut pas tout, mais il faudra trouver une solution pour maintenir l’activité. Car j’ai bien peur que de nombreuses exploitations vont mettre la clé sous la porte”, précise Nicolas Caire.

 

On va recontacter tous nos clients pour qu’ils pensent au vin du jura pour les fêtes de fin d’année. 

Denis Grandvaux

“On a eu la chance d’avoir eu beaucoup de monde cet été. On va recontacter tous nos clients par courrier pour qu’ils pensent au vin du Jura pour les fêtes de fin d’année”, confie Denis Grandvaux, président du caveau des Byards. Les nouvelles restrictions annoncées mercredi dernier par l’Etat n’ont pas rassurées les viticulteurs, qui appréhendent la période des fêtes de fin d’année. 

Un reportage de : CARUDEL Quentin et PERRET Hugues

Avec :

Denis Grandvaux

Président du caveau des Byards

Philippe Guillon Distillerie jurassienne

Nicolas Caire Président de la Société de viticulture du Jura



Source

Related posts

pourquoi les viticulteurs se sentent les “laissés pour compte” du plan de soutien à l’économie?

adrien

Comment changer les couteaux d’un broyeur agricole

administrateur

à Villersexel, la récolte de mirabelles s’annonce prometteuse

adrien