gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

En Côte-d’Or, les gendarmes participent aussi aux vendanges, une présence pour “éviter des passages à l’acte”



Pour les quatrièmes vendanges de suite, plusieurs unités de gendarmerie de Côte-d’Or travailleront exclusivement à la surveillance des vignobles et villages vignerons. Objectif : éviter les vols.

Chaque année à la même période, les rangées des vignobles bourguignons se garnissent. De raisins, de vendangeurs, de tracteurs et maintenant de gendarmes.

Pour la quatrième année de suite en Côte-d’Or, les vendanges de septembre 2021 se feront avec la présence de plusieurs unités de gendarmerie. Et les forces de l’ordre ne sont pas là pour aider à la récolte. Leur mission : éviter et prévenir les vols de raisin, bouteille ou de matériel.

Des précédents de vols pendant les vendanges

“Pendant environ trois semaines, on met en place un dispositif spécial, composé de trois compagnies de gendarmerie. Celles de Beaune, Dijon et un escadron de sécurité routière de Côte-d’Or” explique la cheffe d’escadron Héloise Rollier, commandant de la compagnie de Beaune. On a commencé ce lundi 13 septembre, puis on va monter en puissance à compter de cette semaine. Cela devrait durer jusqu’à la fin des vendanges, autour de la première semaine d’octobre.”

 

En 2016, Eric Boussey, viticulteur à Meursault en Côte-d’Or avait été victime de vols pendant les vendanges. Une partie de ses raisins, qui étaient sur le point d’être vendangés, avaient été volés pendant la nuit. Plusieurs caisses de raisins, soit l’équivalent d’une centaine de bouteilles, avaient été dérobés.

Dissuader et surveiller

À l’époque, ce vol avait suscité peur et colère chez les viticulteurs du département. Alors dès l’année suivante, la riposte avait été organisée, de jour comme de nuit, avec l’aide de la gendarmerie.

“A la suite de ces vols il y a eu une forte demande de la part des viticulteurs, poursuit Héloïse Rollier. Par la suite une coopération de sécurité a été signée par le Préfet la gendarmerie dans la région.”

Et dans les faits, cette surveillance s’organise de deux manières. D’une part, les forces de l’ordre mettent en place des patrouilles dans les villes ou près des vignes, pour être visibles. Le but est de montrer leur présence afin de dissuader d’éventuels voleurs de passer à l’acte.

 

On se retrouve vite avec des préjudices financiers à six chiffres. Il y parfois des centaines de milliers d’euros une simple porte, c’est hallucinant.

Héloïse Rollier

D’autre part, cachés dans les vignobles de la Côte, les gendarmes traquent les flagrants délits. Pour l’heure, aucun vol en direct n’a été constaté depuis 2017. Preuve de l’efficacité de la stratégie de visibilité ? Impossible d’être formel, mais la commandant esquisse une réponse : “notre présence permet sûrement d’éviter des passages à l’acte.”

Une petite récolte attendue en 2021 

Cette année, la mission de “rassurer et protéger le monde viticole et la population locale” sera d’autant plus importante. Car les préjudices liés aux vols pourraient être d’autant plus importants. Les conditions météorologiques de la dernière année ont causé des dégâts sur la récolte.

En moyenne sur toute la région Bourgogne, on estime à 50 % les pertes envisagées. 





Source

Related posts

la Chambre d’agriculture régionale demande de pouvoir abattre loups et lynx pour défendre les troupeaux

adrien

les ingrédients de l’agriculture de demain

adrien

les voyants sont au vert pour le pays Charolais-Brionnais

adrien