gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

démarrage symbolique des travaux pour la Cité des vins et des climats


La première pierre de la Cité des vins et des climats de Bourgogne à Chablis (Yonne) a été posée ce jeudi 9 septembre 2021. L’ouverture du réseau de cités à Chablis, Beaune (Côte-d’Or) et Mâcon (Saône-et-Loire) est prévue pour 2022.

C’est un nouveau point d’étape symbolique, mais important. Une cérémonie pour la pose de la première pierre de la Cité des vins et des climats de Bourgogne à Chablis était organisée ce jeudi 9 septembre au Cellier du Petit Pontigny. Les vrais travaux vont débuter tout prochainement. D’ici environ un an, ils devraient être achevés et le lieu pourra accueillir ses premiers visiteurs.

« Le lieu est emblématique. C’est un bâtiment qui fait vraiment partie de la mémoire des Chablisiens, précise Olivier Le Roy, le directeur de la cité. C’était un espace municipal, où ils ont eu l’occasion de fêter à la fois des fêtes vineuses mais aussi des événements comme des mariages ou des réunions de famille […] Ce site est fermé depuis plusieurs années. On est très heureux de le rouvrir au public et lui redonner du sens. Le Petit-Pontigny date du XIIe siècle, il sera parfaitement restauré. »

Pour le passage presque obligé de la pose de la première pierre, les porteurs du projet ont voulu un peu sortir des sentiers battus. « Pour renouveler l’exercice, on est parti sur l’idée d’un mélange de terre, créer un béton de terre comme il y en aura sur la façade de l’aile contemporaine. Ce béton de terre va être fait dans six bétonnières parallèles avec des terres qui viennent de chacun des vignobles », confie le directeur.

Réseau de trois cités

La Cité de vins de Chablis fera partie d’un réseau de trois cités. Elle sera complémentaire de celles prévues à Beaune (Côte-d’Or) et Mâcon (Saône-et-Loire), dont les travaux sont en cours.

Elle viendra mettre en avant les vignobles de l’ensemble du département. « Chablis a une image qui rayonne dans le monde entier, ajoute Olivier Le Roy. Donc on se devait de faire quelque chose à cette échelle, mais en même temps il y a une représentativité de tous les vignobles de l’Yonne, donc ce n’est pas que Chablis. »

Un parcours proposera aux visiteurs de découvrir les spécificités du vignoble et de la vigne.

Un parcours proposera aux visiteurs de découvrir les spécificités du vignoble et de la vigne.

© BIVB / Studio Adeline Rispal

Le projet chablisien n’a pas le même côté spectaculaire que celui imaginé pour Beaune, où un bâtiment de 24 mètres de haut avec une « grande rampe en forme de vrille, allégorie à la vrille de la vigne » doit sortir de terre. 3 600 mètres carrés sont prévus en Côte-d’Or, contre 800 dans l’Yonne. Mais pour Olivier Le Roy, les trois lieux (avec Mâcon) sont complémentaires et Chablis sera un « écrin intime et élégant ».

Le parcours de découverte pour les visiteurs sera installé dans la partie ancienne du site.  » Il présentera selon un cheminement logique de la géologie jusqu’à la notion de parcelle, avant de passer à la vinification et la dégustation ».

3 millions d’euros

Mais une aile contemporaine va également être construite. « Elle va être extrêmement respectueuse dans ses formes, dans ses matériaux de l’environnement et du contexte », promet Olivier Le Roy. Celle-ci sera notamment dédiée à l’accueil des visiteurs et abritera une boutique et les bureaux de la Cité. Le projet sera complété par un jardin de 600 mètres carrés.

Le projet à Chablis va nécessiter un investissement de 3,1 millions d’euros. Cette somme sera pour une large part apportée par le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) et le BIVB Chablis. Le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté met également la main à la poche, tout comme le conseil départemental de l’Yonne et la Fédération de défense de l’appellation Chablis (Fdac). La ville de Chablis ne participe pas financièrement au projet.





Source

Related posts

Comprendre la biologie du campagnol pour empêcher sa prolifération

adrien

la sécheresse persiste dans l’Yonne et compromet les semis d’automne

adrien

quelles conséquences pour les viticulteurs bourguignons ?

adrien