gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

Comment la filière chanvre a été dopée dans l’Yonne par la crise sanitaire

Notez cet article


Située à Lézinnes (Yonne), la société GéoChanvre, habituellement spécialisée dans la production de paillage pour l’agriculture, a profité de l’épidémie pour diversifier son activité. Depuis 1 an, elle s’est lancée dans la fabrication de masques et plus récemment de sacs végétales et biodégradables.

Depuis plusieurs mois, l’activité ne retombe pas au sein de l’entreprise GéoChanvre située à Lézinnes, dans le département de l’Yonne. Ici, jusqu’à 100 tonnes de toiles de chanvre sont fabriquées tous les mois. 

Il y a un an, l’entreprise comptait six salariés il y a un an. Ils sont trois fois plus nombreux aujourd’hui. Le moral des salariés est au beau fixe. “Ca fait deux ans que je travaille ici et tout a évolué que ce soit la masse de travail ou la masse salariale,” témoigne Loïc Liger, préparateur de commandes. “Aujourd’hui, ça n’arrête pas. Toutes les machines tournent en permanence,. C’est plutôt cool pour tout le monde.”

La raison principale de cette embellie économique, la crise sanitaire. Spécialisé à l’origine dans la fabrication de  rouleaux de paillage à base de chanvre bio destinés principalement à l’argiculture, l’entreprise a su prendre le virage de la crise sanitaire. Depuis l’arrivée de la pandémie, Géochanvre fabrique ainsi des masques en fibres de chanvre bio et compostables. “Quand il a fallu répondre à la pénurie de masques, on a su se mettre en route très très vite dans un délai de 15 jours,” explique Stéphanie Gauvenet, directrice de l’usine Géochanvre. 

Géochanvre, depuis 2017, propose une alternative aux désherbants chimiques et autres plastiques en agriculture grâce à des toiles désherbantes 100% en fibres de chanvre et de lin français, sans colle, sans liant et sans additif.

Géochanvre, depuis 2017, propose une alternative aux désherbants chimiques et autres plastiques en agriculture grâce à des toiles désherbantes 100% en fibres de chanvre et de lin français, sans colle, sans liant et sans additif.

© France 3 Bourgogne

Près de 2 millions de masques vendus

Le déclic s’est fait en avril dernier. L’entreprise se lance dans la production de masque 100% végétal et donc bio-dégradables de 65 centimes à 95 centimes l’unité. Près de 500 000€ d’investissement et à l’arrivée, un succès commercial. Au fil des mois, l’entreprise a m^me pu améliorer la performance de ses masques en développant des tissus plus filtrants. 

On a vendu 1 million d’exemplaires de masques masques grand public de catégorie 2 (UNS 2) en 2020 pour ensuite passer à un second modèle UNS 1 où on a réalisé entre 600 000 et 700 000 ventes” détaille Gérald Bayette, directeur commercial. “Donc, cela a été un vrai succès.” 

Depuis septembre, une nouvelle toile, plus filtrante, est adoptée. Les deux modèles sont plébiscités. Avec sa toile plus souple, plus solide, plus belle aussi, la nouvelle génération de masques a donné des idées à l’entreprise.

On a créé une nouvelle gamme à partir de la toile de chanvre, une gamme confection où l’on peut faire des cabas, des sacs et on s’oriente aujourd’hui vers d’autres segments de marché où l’on est sollicité” annonce Gérald Bayette.

Les bénéfices ont permis d’acheter deux machines à découpe laser. L’investissement dans les machines à découpe laser a en effet permis de diversifier l’offre de l’entreprise en développant de nouveaux produits grand public en toile végétale, des jardinières, des tote bags, des sacs shopping ou encore des cabas.

L'entreprise GéoChanvre a diversifié son offre pour créer une gamme de produits et d'accessoires écoresponsables.

L’entreprise GéoChanvre a diversifié son offre pour créer une gamme de produits et d’accessoires écoresponsables.

© France 3 Bourgogne

Plus 50% de chiffre d’affaires 

Avec cette nouvelle production, le chiffre d’affaire de l’entreprise a bondi de 50% en l’espace d’un an. Un beau complément à l’activité traditionnelle de paillage pour l’agriculture.

Le chanvre est beaucoup mis en avant aujourd’hui. Il y a cinq ans, quand on parlait de produits bio-sourcés, naturels, on était en avance sur le temps”, déclare Stéphanie Gauvenet. “Maintenant, notre produit est prêt et abouti au moment où il est dans l’air du temps.”

Prochaine objectif que se fixe la société icaunaise, réaliser un masque dit FFP2, destiné notamment au personnel soignant. Du côté de l’emploi, la direction compte encore recruter face à l’ampleur de l’activité. De nouvelles embauches sont en cours. 

 





Source

Related posts

“On commence à puiser dans les réserves de l’hiver”, les agriculteurs du Doubs espèrent vite de la pluie

adrien

Les meilleurs tracteurs John Deere pour votre ferme

Emmanuel

l’histoire du viticulteur de Côte-d’Or qui refusait les pesticides bientôt sur vos écrans

adrien