gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

“C’était odieux de voir la bête morte, l’œil arraché”, un veau trouvé mort et mutilé dans le Jura

Notez cet article


Lundi 12 octobre, un veau a été retrouvé mort et mutilé à Audelange dans le Jura. L’oeil et la langue du bovin ont été retirés. Une plainte a été déposée.

Depuis quelques semaines, les actes de mutilations sur les bovins se sont ajoutés à ceux envers les équidés. Et ce lundi 12 octobre, c’est sur la commune d’Audelange dans le Jura qu’un veau a été retrouvé tué et mutilé dans un pré. 

“Je fais tous les jours un tour des champs, pour les naissances”, raconte Maëva Bish, la belle-fille du propriétaire de l’exploitation. “Là, je suis arrivée à l’entrée du champ et j’ai vu un veau qui semblait mort”, continue la jeune femme, encore sous le choc. Le veau âgé d’à peine 2 mois gisait sur le sol, l’œil arraché et la langue coupée.

 

C'est au fond de ce champs que Maëva Bish a découvert le cadavre du jeune bovin.

C’est au fond de ce champs que Maëva Bish a découvert le cadavre du jeune bovin.

© Florence Petit – France Télévision

Un acte de professionnels

Quelques heures après la découverte, le Maire, la gendarmerie et une vétérinaire sont venus sur place pour effectuer les premières constatations. Des prélèvements ainsi que des prises de sang ont été réalisé afin d’en savoir plus sur les causes de la mort du jeune bovin, selon les informations du Maire de la commune, Bernard Guerrin.

“L’œil était vraiment bien découpé. Selon la vétérinaire, c’est vraiment un acte de professionnels”, explique l’élu. L’acte serait ainsi prémédité. Aucune trace de passage n’a été trouvée pour le moment : “L’accessibilité peut se faire par des terrains privés, mais on n’a pas vu de traces, on ne sait pas par où ils sont arrivés, tout est clôturé”.

 

L’œil du veau a été retiré d'une manière parfaitement circulaire.

L’œil du veau a été retiré d’une manière parfaitement circulaire.

© Florence Petit – France Télévisions

Plusieurs questions restent en suspens : comment l’animal a-t-il été approché ? A-t-il été sédaté ? Les mutilations sont-elles post ou pre-mortem ?

L’inquiétude monte chez les exploitants

Une chose est sûre, les propriétaires sont inquiets. “C’est horrible. Que ce soit contre nos bêtes ou contre les chevaux qui ont été massacrés, c’est quelque chose d’abominable !”, s’exclame Claude Regazzi, la compagne de l’exploitant. “J’étais abasourdie. Après, on rumine, on se demande s’il y en aura pas d’autres, on a toujours peur”. Angoissée, elle avoue ne plus attacher ses chiens pendant la nuit. 
 

Claude Regazzi, la compagne de l'exploitant, est particulièrement émue face à cette attaque.

Claude Regazzi, la compagne de l’exploitant, est particulièrement émue face à cette attaque.

© Florence Petit – France Télévisions

“Les faits divers comme ça sur la commune, c’est toujours inquiétant, ça devient grave”, s’inquiète à son tour le Maire, “je ne vois pas qui peut faire ça”. Tous redoutent une multiplication des attaques de bovins dans le département.

Une enquête ouverte

Alors, vengeance personnelle ou acte lié aux mutilations d’équidés ? Une plainte a été déposée mardi 13 octobre auprès de la gendarmerie de Dole et une enquête est désormais ouverte. Mais pour l’instant, pas de piste sérieuse. La Brigade de recherche de Dole et la Section de recherche de Besançon attendent les résultats de la nécropsie pour en savoir plus sur les conditions de la mort du bovin.
 



Source

Related posts

“On se doutait bien qu’on ne garderait pas tous les clients” Les producteurs s’interrogent sur l’avenir

adrien

une “ferme des 400 vaches” suscite l’inquiétude d’associations environnementales

adrien

pourquoi les viticulteurs se sentent les “laissés pour compte” du plan de soutien à l’économie?

adrien