gefb-cg71.com
Image default
Agriculture

Bourgogne : les viticulteurs mobilisés contre la flavescence dorée

Notez cet article



Dans les vignes de François Legros, à Saint-Vallerin, en Saône-et-Loire, les premiers symptômes de la flavescence dorée ne sont pas encore visibles. Mais pour le viticulteur, il n’est pas question de baisser la garde.

La maladie touche certains pieds non loin de ses parcelles. La seule solution est de traiter avec des produits phyto-sanitaires. La flavescence est transmise d’un pied de vigne à un autre par la cicadelle, un insecte d’environ 5 mm de long. Le traitement insecticide permet de l’éliminer.

“La flavescence se voit extérieurement par différents symptômes. Les feuilles se rabougrissent, elles sont plus jaunes, nous expliquait en décembre dernier Charlotte Huber, directrice technique de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB).

Mais ces symptômes sont exactement les mêmes pour une autre maladie, qu’on appelle le bois noir. Chaque fois que des feuilles sont prélevées pour voir si c’est une flavescence, on analyse si c’est la flavescence ou le bois noir.”

“Moralement, c’est difficile. Parce qu’on avait perdu l’habitude depuis maintenant une vingtaine d’années de faire des insecticides, indique François Legros. C’est d’ailleurs pour ça qu’on était réfractaire à faire systématiquement des insecticides dans tout le vignoble de la Bourgogne.”

Bourgogne : les viticulteurs mobilisés contre la flavescence dorée

Face au retour en force de la flavescence dorée, les viticulteurs bourguignons ont opté la prospection collective des vignes. En clair, les pieds de chaque parcelle sont vérifiés pour déterminer s’ils ont été contaminés.

“En dessous de 20% [de pieds contaminés dans une parcelle], le viticulteur va couper ses pieds et faire des trous. Au delà de 20%, c’est l’arrachage de la parcelle”, précise François Legros.

 

23 communes touchées en 2019

Mais cette méthode de traitement ciblé montre peut-être ses limites. Selon le service régional de l’alimentation, le nombre de communes touchées par la flavescence dorée repart à la hausse en Saône-et-Loire. De 14 en 2018, elles sont 23 en 2019. Les viticulteurs doivent rester extrêmes mobilisés et vigilants.

“Il y a une tendance à la démobilisation des viticulteurs sur les prospections. On a quand même moins de participants. On a toujours des domaines qui ne veulent pas participer, indique Dominique Crozier, responsable du pôle surveillance biologique du territoire. On mise tout sur la prospection et un nombre d’analyses important. Suivi ensuite d’un arrachage des pieds contaminés.”

Les viticulteurs ont peu de temps pour agir. La préfecture autorise les traitements jusqu’au 20 juin en espérant que cela soit suffisant pour venir à bout de la flavescence dorée.

 



Source

Related posts

Déconfinement : des portes ouvertes virtuelles pour l’enseignement agricole

adrien

une partie de la Saône-et-Loire déjà en alerte maximale

adrien

une souscription est lancée pour acheter des terres et les louer à des agriculteurs bio

adrien